Les opportunités de voyager et de naviguer pendant la crise du COVID-19

La liberté de voyager est un choix personnel. Cet article n’est pas une incitation au voyage et respecte aussi bien ceux qui choisissent de voyager que ceux qui préfèrent attendre la fin de la pandémie pour reprendre leur habitude voyage.

La pandémie du COVID-19 a jeté le secteur du tourisme dans une crise sans précédent. Pourtant ce n’est pas la première crise rencontrée par ce secteur, pour ne citer que les dernières : la crise financière de 2008 dite des « subprimes » ou les attentats du World Trade center en 2001…

En cause cette fois-ci, la pandémie du coronavirus appelé COVID-19 qui a amené les gouvernements mondiaux, à fermer leurs frontières et à limiter les déplacements de leur population (on se souviendra longtemps de l’attestation qu’il fallait remplir pour pouvoir sortir de chez soi dans un rayon de 1km…).

Le coronavirus a stoppé net l’économie du tourisme au début du printemps 2020. 

Puis les frontières se sont ré-ouvertes, tout du moins en Europe, avec des mesures sanitaires diverses et variables selon les Etats et l’époque : 

  • Déclaration administrative à l’arrivée 
  • Quarantaine à l’arrivée, 
  • Test de dépistage obligatoire à l’aéroport, 
  • Test de dépistage au COVID-19 obligatoire avant le départ.

Voir le site Re-open.eu, qui recense les autorisations ou les limitations applicables à l’entrée ou à la sortie dans les pays de l’Union Européenne.

Depuis le mois de juin 2020, il est à nouveau possible de voyager à l’étranger en respectant les mesures sanitaires mises en place par les gouvernements mais peu de personnes osent, en réalité, exercer cette faculté. 

C’est dommage, d’autant plus qu’il est aussi possible de voyager en restant en bonne santé en prenant des précautions simples (les fameux gestes barrières).

Cette période révèle de véritables opportunités pour les voyageurs responsables et prudents.

La baisse du tourisme mondial permet de voir les lieux les plus touristiques du monde comme jamais vous ne les auriez vu! 

Si vous avez toujours rêvé de visiter les plus beaux lieux de la planète mais que leur surpopularité vous a toujours fait reculer, c’est le moment de foncer ! Je pense particulièrement à Venise qui est réputé pour être toute l’année « blindée » de touristes. Vous souhaitez voir Venise comme il y a 50 ans? c’est encore le moment de saisir cette opportunité

Antoine PENOT, fondateur de Vogavecmoi.com a pu profiter cet été de l’ile grecque de Santorin, la plus visitée des Cyclades au mois de juillet. C’est vrai qu’il était parfois difficile de trouver un restaurant ouvert, mais en revanche, quelle chance c’était de pouvoir découvrir ces paysages incroyables seulement entouré de ma famille et de quelques autres touristes téméraires. Pendant que j’étais en Grèce, je suis également parti visiter l’île de Rhodes qui est l’ile (avec la Crète) qui accueille habituellement le plus de touristes en Grèce chaque année. 

Au mois d’août 2020, à Rhodes, seulement 150 hôtels sur 700 étaient ouverts, autant dire que nous n’avons pas été bousculés au cours de nos visites des nombreux sites archéologiques, grecs, romains et moyen-ageux, le tout sous le soleil radieux de la méditerranée et dans un environnement dépourvu de cas covid. Une belle opportunité.

Ce conseil est aussi valable sur l’eau. A cause de la crise, les mouillages et les ports de certaines destinations sont beaucoup moins fréquentées qu’avant la crise du COVID. Une occasion rare de revenir aux origines du yachting!

Nous apprenons que les îles Vierges Britanniques (BVI) ré-ouvrent le 1er décembre 2020, de quoi retrouver « un peu de virginité » sur les plages les plus emblématiques de ces îles. (Voir notre croisière en catamaran aux iles Vierges Britannique en mars 2021)

Voyager moins cher ?

Nous avons pu constater, en tant que particulier et en tant que professionnel, que la crise du COVID-19 de manière générale n’a pas eu de conséquences notables sur les prix des prestations touristiques. En effet, tous les professionnels qui ont fait l’effort de travailler pendant la crise du COVID-19, ont travaillé dans des conditions dégradées et souvent loin de la rentabilité. Les compagnies aériennes, les hôtels, les loueurs de bateaux ont pratiqué des tarifs comparables à l’année dernière.

De manière générale, si le tourisme de masse est voué à ralentir (ou disparaitre selon certain), il ne faut pas s’attendre dans les années qui viennent, à voir le coût du voyage baisser, mais au contraire, augmenter. 

Cela n’empêche pas de trouver des bons plans à la dernière minute que ce soit dans l’aérien ou sur nos stages ou croisières en catamaran. Quand il reste une place à bord à moins d’une semaine du départ, nous proposons régulièrement des tarifs avantageux pour ceux qui sont capables de s’organiser à la dernière minute !

Ai-je plus de chance d’être contaminé par le COVID-19 si je voyage ? 

Des territoires inégalement touchés par le coronavirus

Cela dépend où vous habitez, et où vous partez en voyage. Par exemple : si vous partez en voyage en Grèce en provenance de France, vous aurez plutôt moins de chance de tomber malade là-bas (au 21/10, environ 30.000 cas par jour en France contre 500 cas par jour en Grèce).

Ai-je plus de chance d’attraper le coronavirus dans l’avion ou à l’aéroport ? 

A ce jour, les contaminations établies dans les transports aériens n’ont pas été avérées. 

Probablement que le port du masque obligatoire tant à l’aéroport que dans l’avion, font que le risque est minime. Surtout qu’il est rare que les avions soient plein en ce moment. 

Trois conseils pour voyager sereinement en avion : 

  • N’oubliez pas que si de nombreux pays n’imposent pas de test au COVID-19, la majorité des pays imposent une déclaration administrative contenant une déclaration sur l’honneur de non contamination au COVID-19 de votre arrivée sur internet effectuée 24h avant votre arrivée 
  • N’oubliez jamais votre bouteille de gel hydro alcoolique de moins de 100ml pour vous nettoyer régulièrement les mains pendant votre voyage.
  • Le point faible du voyage en avion est le moment où les voyageurs mangent et enlèvent leur masque. Attendez que votre voisin ait fini de manger son sandwich pour enlever votre masque et déguster le vôtre.

Puis-je attraper le COVID-19 en effectuant une croisière en catamaran ou pendant mon stage de voile ? 

Tout risque n’est jamais exclu. Toutefois, si votre destination impose un test à l’arrivée, vos co-équipiers auront également subi un test négatif de moins de 72h. 

La croisière à la voile n’est pas une activité particulièrement à risque dans la mesure où vous vous trouverez en milieu aéré la plupart du temps et dans la mesure la distance d’un mètre peut être le plus souvent respecté. Par ailleurs, les personnes qui voyagent actuellement en période de COVID-19 font extrêmement attention à leur hygiène personnelle (et donc à celle des autres) de peur d’être contraint de rester encore à la maison. En ce moment, personne n’a envie d’éternuer ou de se moucher en public à l’aéroport de peur de se voir refuser l’embarquement ou débarquer d’un bateau pour suspicion de Covid-19.  

Où sont partis les clients de l’agence VogWeek cet été ? 

Les clients de l’agence, essentiellement des passionnés de navigation ont souhaité profiter de leur liberté retrouvée pour partir naviguer. 

Stages de voile en Lagoon 450F au départ de Marseille juin à juillet et septembre 2020

Les stages de voile en catamaran organisés par VogWeek ont repris depuis juin 2020 au départ de Marseille.

S’est déroulé avec succès, notre premier stage hauturier en flottille en cabotage international : le stage catamaran Port Pin Rolland destination Sibenik en Croatie : 15 jours de stage pour une navigation hauturière contournant toute la botte italienne! Une première!

Stages de voile en voiliers performants au départ de La Rochelle et Bormes-les-Mimosas de juin à octobre

Pour ceux qui privilégient les sensations de navigation au confort de la vie à bord offert par le catamaran, nos stagiaires ont eu la chance d’expérimenter la navigation sur des voiliers exceptionnellement performants : Pogo 12,50, Pogo 36, RM 11,80 et catamaran TS42 du chantier Marsaudon composite.

Navigation sur un 3 mâts à Saint Malo et croisière en Sardaigne, Italie en septembre

Nous avons réussi à organiser (non sans surprise) l’anniversaire de VogAvecMoi se déroulant lors d’une navigation sur le grand voilier 3 mâts barque Le Français à Saint Malo le 19 septembre réunissant 100 passagers!

Fin septembre, malgré les conditions météos défavorables liées à une tempête qui a touché sévèrement le sud corse et le nord Sardaigne, un équipage a pu découvrir l’archipel de la Maddalena dans la semaine qui a suivi ce coup de vent.

Une grande diversité de croisières au départ de l’europe et de la Polynésie Française en octobre 2020

Le mois d’octobre aura été fort actif pour les vogueurs avec de nombreux départs de croisières en Europe (Corse, Croatie et Grèce) ainsi que des départs de traversée de l’atlantique. Lire notre article : Traversée de l’atlantique en période COVID-19, est-ce possible?

A noter que les participants de la croisière Polynésie du printemps 2020 ont pu se rendre dans le Pacifique et ont embarqué lundi 19 octobre au départ de Papeete destination les Tuamoutu et les Iles Sous le vent. Prochaine édition de cette croisière en catamaran en Polynésie en avril 2021.

Où sera-t-il possible de voyager cet hiver et en 2021 avec VogWeek ? 

La pandémie de coronavirus n’est hélas pas terminée, mais le monde s’organise et nous prenons, pas à pas, l’habitude de vivre avec ce virus.

Il est tout à fait possible de se rendre cet hiver en Guadeloupe, en Martinique ou à Saint Martin, dans les Antilles Françaises en réalisant un test de dépistage négatif dans les 72 heures précédent l’arrivée sur ces territoires.

Parmi les progrès notables dont les voyageurs pourront bientôt profiter, c’est la possibilité de réaliser des tests de dépistage du Covid-19 dit « Anti-génique ». La grande différence avec le test PCR que nous connaissons actuellement sera la possibilité d’obtenir les résultats en 30 minutes (au lieu de plusieurs jours actuellement). Le syndicat des professionnels du tourisme français a demandé au gouvernement récemment que ces tests soient réalisables au sein même des aéroports.

En conclusion, nous invitons tous ceux qui font preuve de responsabilité dans leur quotidien en respectant les gestes barrières à s’accorder une parenthèse « ensoleillée et de liberté » en venant naviguer avec nous cet hiver aux Antilles.

Consultez le programme de nos croisières et de nos stages de voile pour l’hiver 2020/2021 et le printemps 2021 en cliquant ici.

Laisser un commentaire